14 LA SCIENCE


 

La connaissance est comme un outil. Comme un marteau qui peut soit servir à taper le clou dans le mur (le bien ou le juste) ou à taper sur le crâne de notre voisin (le mal ou le faux). Et si l’outil est employé selon le mode d’emploi (l’éthique qui nous est inspirée par la bible), les hommes pourraient vivre ensemble sans accidents.

Mais la science ne peut être acquise que d’une manière, afin de pouvoir être appliquée par tout le monde. Cette manière, telle qu’elle est enseignée de façon universelle, est la méthode scientifique.

Méthode scientifique ne veut pas dire emploi de machines compliquées. Non pas du tout, méthode scientifique veut dire recherche de la vérité absolue!

Pour ce faire, nos instruments de recherche sont: l’observation, l’expérimentation et la reproductibilité de l’observation et de l’expérience. L’interprétation des observations étant à tout instant remis en cause en tenant compte de la marge d’erreur inhérente à chaque observation. C’est tout, la science pour reprendre les choses simplement, comme Lapalisse, c’est ce que l’on sait. Mais ce que l’on sait avec certitude!

Pour qu’un fait soit accepté par le monde scientifique, il faut que l’observation soit reproductible.

Ce principe est d’ailleurs reconnu par la bible elle même: pour accepter un témoignage il faut au moins deux témoins! Le témoignage doit être reproductible!

Ce qui est intéressant avec la bible, c’est que plusieurs faits décrits dans la bible se retrouvent dans d’autres écrits, par exemple le déluge. Ce fait peut donc raisonnablement être accepté par un scientifique. Les faits relatés recoupés par d’autres observations peuvent être admis comme étant authentiques.

Par contre tout ce qui a trait à Dieu n’est pas reproductible. Il n’y a jamais eu recoupement de témoin à la parole divine. La parole divine, ou plutôt le message divin s’adresse presque toujours à une seule personne:  » …Vayomer Y.H.V.H. le’Moche lémor…  » traduit par  » …et Dieu dit à Moïse de dire… « . Un observateur critique doit donc obligatoirement douter à la réalité matérielle d’une parole divine. Par contre les manifestations divines tels les  » miracles  » ont probablement été vécues par plusieurs personnes. Il y a une exception, c’est la révélation au mont Sinaï ou tout le peuple a été témoin de la parole divine. Malheureusement il n’existe aucun recoupement historique de cet événement. D’ailleurs cet événement a été fort agité, car précédé de l’épisode du veau d’or, et de la disparition de Moïse. Moïse a du user de toute sa science pour convaincre. Une lecture éclairée de la bible pourrait donc consister à lire au lieu de  » …Et Dieu dit à Moïse, dit à ton peuple… « ,  » Et ce qui a toujours existé, et existera toujours (les acquis de la science) inspirant Moïse lui insufflait de proposer à son peuple… « 

 

 

 

 

 

 

C’est d’ailleurs après son exil de 7 ans chez Jethro que Moïse était capable de battre les prêtres Egyptiens.

La preuve la plus importante avancée par la bible pour convaincre les Juifs de la force divine est la traversée de la Mer de Souf, traduction littérale: mer des joncs. S’agit-il de la mer rouge comme le disent les traductions ? Cet épisode ressemble plus à un tableau de bataille de Napoléon qu’à un miracle.

Traverser un chemin comme celui du Mont Saint Michel et voir ensuite toute une armée prise au piège de la marée montante n’est pas très convainquant aujourd’hui. Ce qui est convainquant par contre, c’est l’arrogance de l’armée Egyptienne, et la sous-estimation des connaissances de Moïse. Le message de la bible à cet endroit est plutôt: si tu connais les forces qui ont toujours régi le monde et qui régiront le monde, tu ne dois craindre personne, et tu pourras même traverser la mer Rouge à pied sec..

Cette façon de comparer Dieu aux principes de la nature a valu à Spinoza, opticien de profession, et donc physicien par l’observation des principes de la nature, beaucoup d’ennuis avec la communauté Juive d’Amsterdam. Pourtant bien avant lui un autre savant Séfarade, Juda ben Nissim Ibn Malka vivant à Fès au 14ème siècle allait même plus loin que Spinoza. Pour lui, en se basant sur les écrits de Simon Bar Yochai (le Zohar), il était évident que celui qui prétendait savoir ce qu’était Dieu ou ce que Dieu voulait était un apostat, car ce faisant il se mettait au dessus de Dieu. Lui aussi prônait un agnosticisme et ponait que toute chose suivait une évolution naturelle qui pour lui (avec les données de son époque) était influencé par les astres.

En ce qui concerne les miracles, chaque être humain passe dans son évolution par une période miraculeuse comme le décrit très bien Piaget. Pour un enfant de moins de 7 ans la mère qui passe la porte a disparu. Et quand elle rentre elle réapparaît. Les miracles sont la façon normale de penser chez les enfants. Chez certaines personnes cette façon de penser peut persister la vie durant.

La grande question philosophique qui reste à poser est: est-ce qu’il existe une providence qui détermine la direction de l’évolution ou es-ce que tout est prédéterminé d’une façon mécanique comme aimaient le démontrer les champions de la logique du 19ème siècle. C’est le mérite de Pryrogine d’avoir démontré que les phénomènes physiques ne sont pas réversibles, d’ou l’importance du choix.

Comme pour tout problème de cet ordre, il est évident qu’une partie est incontrôlable, et qu’une autre partie dépend de nos actions et de nos décisions.

Dans la tragédie Grecque les efforts de l’homme sont vains, le destin est scellé d’avance. Dans la tradition Juive les efforts de l’homme ne sont pas vains. Chacun de ses actes aura des conséquences. Mais comme il a été démontré ce n’est pas par les prières comme le veut la tradition rabbinique que ces conséquences peuvent être abolies, c’est par les actes charitables et les sacrifices.

 

Quand on parle de science on essaie de répondre à la question  » comment ? « . Dans les limites du raisonnable la bible nous restitue un témoignage authentique qui nous permet d’aborder et de comprendre le destin du peuple juif et le rôle joué dans l’histoire de l’humanité.

 

 

Mais la bible répond aussi à la question  » pourquoi ? « . Et à ce moment là il ne s’agit plus de science, mais de philosophie.

On retient comme on l’a démontré précédemment qu’un message joue un rôle essentiel dans la création de la vie.

La bible prend position. D’après la bible le but de la création est d’aboutir à une image de Dieu (Et Dieu créa l’homme à son image).

Et c’est l’homme, aboutissement de la création, avec toutes ses faiblesses et ses défauts, qui va découvrir toutes les joies et les misères de la vie. C’est comme si l’homme était l’instrument nécesaire à la réalisation de la force (ou de la Déïté) créatrice par le vecteur du langage génétique.

Et pour la bible le peuple juif est l’instrument nécessaire à la réalisation de la force (ou de la Déïté) créatrice au niveau de l’humanité.

De la même façon que la vie va à contre-sens des forces naturelles (l’arbre pousse à contre-sens de la gravité, l’énergie n’est pas dépensée, mais est stockée pour être employée plus tard,etc…) le peuple juif va à contre-sens des coutumes naturelles. Et forcément il en suit un tas de conflits.

 

La bible essaie aussi de donner un sens au grandes catastrophes naturelles. Aujourd’hui tous les scientifiques sont d’accord pour admettre qu’il y a effectivement eu une montée importante des eaux. Les études des sédiments géologique datent cette période à environ 12.000 avant notre ère. Des écrits concernant le déluge se retrouvent dans plusieurs cultures. Le plus connu étant le récit de Gilgamesh.

Mais dans la bible on rajoute un sens éthique au sauvetage du plus méritant.

La destruction de Sodom et Gomorhe est expliqué par l’absence de justes. S’il y avait eu 10 justes à Sodom et Gomorhe, ces villes auraient été préservés. Et Abraham en discutant avec Dieu nous confirme que les catastrophes naturelles tuent les justes aussi, ce qui est injuste. De là le fameux marchandage entre Abraham et Dieu qui essaye de préserver Sodom et Gomorhe.

Personnellement je ne crois pas à l’influence de l’attitude personnelle face à une catastrophe naturelle. C’est très joli dans un film de Hollywood ou le gentil héros sauve toute sa famille et ou le méchant périt dans les flammes.

Par contre là ou l’attitude personnelle joue réellement, c’est dans les relations humaines. Une bonne action est toujours récompensée. Mais il ne faut pas attendre la récompense, car à ce moment là on est souvent déçu.

 

Les observations scientifiques présentes dans la bible

La création de la vie sont présentées dans la bible d’une façon syncopée, mais non en contradiction flagrante avec les données actuelles sur l’enchainement de l’apparition des espèces. Le plus remarquable est le texte qui dit qu’une parole, donc un langage sont à la base de la vie. Et qu’est ce qu’un chromosome, sinon un long ruban sur lequel sont écrits en lettres d’acide nucléique les séquences de vie d’un individu, le fameux  » livre de la vie « .Situer la naissance des premiers êtres doués d’intelligence dans une région située autour de la Mésopotamie n’est pas en contradiction flagrante avec les données actuelles de l’anthropologie.La description du déluge se retrouve dans d’autres textes tels l‘histoire de Gilgamesh. De toutes les hypothèses celle qui décrit un raz de marée en provenance de l’Océan Indien et remontant le Tigre et l’Euphrate jusqu’au mont Ararat situé à leur source est la plus plausible car étayée par des strates archéologiques en Mésopotamie.La fosse du Ghor, longue ligne de clivage entre plaques tectoniques, et responsable de la formation de la mer morte est effectivement une région fort agitée au niveau des tremblements de terre. L’anéantissement de villes comme Sodome et Gomorrhe dans cette région est dans le domaine du possible. Le site de Petra, énorme domaine de centaines de palais creusés dans la roche et qui est voisine de cette fosse, est si facile à creuser car composé de splendides sédiments rosés de cendre volcanique.

Les textes bibliques sur les travaux pharaoniques révèlent que les éléments nécessaires à la construction des batiments Egyptiens étaient un mélange de claie et de paille cuite.

Certaines hypothèses actuelles sembleraient favoriser l’idée que les énormes blocs de pierre formant les temples Egyptiens aient été  » coulés  » sur place d’après cette technique et non transportés. Un peu comme la technique du béton coulé dans des caissons.

Les dix plaies d’Egypte pourraient être la description de phénomènes observés suite à l’éruption d’un volcan en mer Egée.

Il est intéressant de noter que l’armoire sainte porté dans le Sinai formait une espèce de cage isolante de Faraday avec une capacitance électrique: boiseries entourées d’or des deux côtés sur laquelle deux chérubins dorés tronaient avec leurs ailes pointant l’une vers l’autre. Les Philistins qui avaient dérobé l’armoire sainte bien plus tard se voient touchés par une plaie qui ressemble fort à une maladie d’irradiation.

Est-ce que l’armoire sainte contenait de l’uranium ou du radium?

Ceci pourrait expliquer le buisson ardent, la phosphorescence du visage de Moïse après les 40 jours sur le mont Sinaï quand il a mis au point le façonnement de l’arche sainte, la colonne de feu, le danger pour le grand-prêtre de pénétrer une fois par an dans le saint des saints….  

On pourrait imaginer des décharges électriques entres les deux pointes des ailes des chérubins provoqués par la décharge électrique de cet énorme capaciteur nourri par l’irradiation d’un minerai radioactif à l’intérieur de celui-ci ?

Quelle terreur cette armoire ne devait elle pas inspirer  en ces temps là!

 

 

 

Publicités
Published in: on septembre 19, 2006 at 4:48  Laisser un commentaire  

The URI to TrackBack this entry is: https://drwillylip.wordpress.com/2006/09/19/14-la-science/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :