3 LA RELIGION

 

Comment peut-on définir une religion ?

 

La religion est un code de conduite qui est spécifique à un groupe. Erich Fromm dans son livre  » Avoir ou être  » considère que ces codes de conduites peuvent exister en dehors de toute dévotion à un dieu comme ceux qui avaient cours dans les pays communistes.

D’après Maimonide dans le guide des égarés, la religion a une fonction. D’après Maimonide la fonction de la religion est de sauvegarder la paix. Autant dans les ménages qu’entre tous les hommes.

 

En partant des faits on peut observer (suite…)

Publicités
Published in: on septembre 19, 2006 at 7:50  Comments (1)  

5 LA MEDECINE

 

La bible abonde de règles médicales encore toujours d’actualité et est étonnament moderne dans des cas de figures tels la mère porteuse. Il est un épisode dans la bible ou Rachel, la femme de Jacob est dans l’impossibilité d’avoir des enfants. Ce sera la servante Bilhah qui portera l’enfant et qui accouchera entre les jambes de la femme de Jacob pour lui remettre symboliquement le premier de ses 12 enfants : Dan. Les relations par rapport au sexe tels qu’ils sont relatés dans cet épisode sont d’une étonnante modernité et humanité. (suite…)

Published in: on septembre 19, 2006 at 5:38  Comments (3)  

7 LES SACRIFICES

Une notion importante dans la bible est la notion de sacrifice. L’objet principal du temple de Jérusalem était de sacrifier des animaux.

Et effectivement la vie est impossible sans sacrifice. La vie se nourrit d’autre vie. Mais au lieu de commettre le sacrifice animal dans un but bassement animal de nutrition, le sacrifice a lieu dans un endroit sacralisé afin de bien réaliser que rien sur terre ne se fait sans sacrifice.

Non seulement la vie des animaux est sacrifiée. Une partie de la récolte est sacrifiée (la terouma, ou l’interdiction de couper le blé dans les coins des champs ou de ramasser les épis tombés par terre. Ils sont destinés aux pauvres), et une partie des terres est sacrifiée (le jubilé, ou le retour de la terre à son propriétaire après 50 ans ), et une partie du temps de récolte est sacrifiée (l’omer, ou bien année sabbatique ou les terres doivent rester en friche). Et une partie de sa fortune est sacrifiée (la tsedaka ou charité).

Mais la perte du temple a empêché le sacrifice d’animaux, et la perte de la terre a empêché le sacrifice de la récolte.

Et le recueillement au temple 3 fois par an pour les sacrifices a été remplacé par un nombre croissant de prières, au point de transformer le Juif de diaspora en moulin à prière qui déverse son quota de prières de façon mécanique sans réfléchir au contenu, et sans agir en conséquence.

La seule façon aujourd’hui de garder en honneur l’esprit du temple de Jérusalem, n’est pas en priant du matin jusqu’au soir.

Mais c’est en mettant en pratique l’esprit du sacrifice: (suite…)

Published in: on septembre 19, 2006 at 5:25  Comments (3)  

8 LE BIEN ET LE MAL

 

 

Les notions de bien et de mal sont des notions fort controversées. Ce qui distingue l’homme de l’animal d’après la bible est la possibilité de juger du bien et du mal. Cette possibilité met l’homme à l’égal des Dieux (sic !) (dans le sens Elohim (les anciens dieux qui font peur, ceux qui ont tout créé). D’ailleurs dans la phrase ayant trait à la possibilité de juger du bien et du mal il est dit littéralement : ceci met l’homme à l’égal de nous (Elohim au pluriel)

C’est Dieu qui décide de ce qui est bien et de ce qui est mal. Le premier  » bien  » décrit dans la bible est la création de la terre et tout ce qu’elle comporte. (…et Dieu vit que c’était bien….). Il est donc bien de créer.

Le premier mal décrit dans la bible est la nudité.

Le sentiment de gêne de la nudité fait partie des caractéristiques sexuelles secondaires acquises pendant la puberté. L’inhibition est une des fonctions principales des deux hémisphères cérébrales de l’homme. Cette inhibition s’estompe d’ailleurs grâce à l’effet de l’alcool.

Mais est-il mal d’être nu? (suite…)

Published in: on septembre 19, 2006 at 5:22  Comments (2)  

9 LES COMMANDEMENTS (MITZVOT) ET LES INTERDITS

 

 

A la lumière des acquisitions nouvelles en matière de connaissance, beaucoup de préceptes de la bible font preuve d’un étonnant bon sens.

Il se pourrait même, mais les études sociologiques ne sont pas encore tellement convaincantes, que tel les codes génétiques régissant la vie, des codes biologiques tels que nous pouvons les observer chez les animaux, régissent les relations sociales.

La codification de ces codes sociaux pour un groupe social en particulier (le peuple Juif) a conduit à des usages qui non seulement ont perduré, mais en plus ont été repris par les grandes religions monothéiste.

Mais une fois codifiés, comment faire accepter ces principes pacificateurs? (suite…)

Published in: on septembre 19, 2006 at 5:16  Laisser un commentaire  

10 L’AMOUR ET LE MARIAGE

AIMER

 

 

« Veohavto eth adochem

Bekhol levav’ho

Ouvekhol nafche’ho

Ouvekhol meodeh’o »

 

 

Aimer de tout son coeur

C’est donner le bonheur

Aimer de tout son corps

C’est embrasser très fort

 

Aimer de toute son âme

C’est faire brûler la flamme

Que la foudre a fait naître

Dans les coeurs de deux êtres

 

 

Aimer de tout son coeur

C’est chasser toutes les peurs

Aimer de tout son corps

C’est affronter la mort

 

Et quand tout se déchaine

Se brisent toutes les chaînes

Il faut pour fuir le drame

Aimer de toute son âme

 

 

Aimer de tout son coeur

C’est répondre à toute heure

Aimer de tout son corps

C’est caresser tres fort

 

Et quand dans la tourmente

La peine est peu clémente

Il reste au fond du coeur

L’amour de son âme soeur

 

W.Lip (www.williamlip.wordpress.com)

2/11/’92

 

 

 

La bible distingue 3 formes d’amour contrairement à la langue française qui n’en distingue que deux: l’amour physique, l’amour charitable et l’amour spirituel, ce qui se retrouve dans le credo  » Chema Israel « , texte concernant la façon de montrer l’attachement des Juifs à leur Dieu:

 » Tu aimeras Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toutes tes forces « .

Pour qu’un couple ait la chance de fonctionner dans l’harmonie parfaite, il faut donc qu’il soit uni par l’amour physique, par la bonté de l’un pour l’autre, mais aussi par ce lien de l’âme que Platon décrivait comme la réunification de deux moitiés formant un tout et que la bible symbolise par Eve étant la chair d’Adam, aimer de toute son âme.

En termes scientifiques il faut que le lien soit d’un ordre physique (complémentarité physique adéquate), neuropsychique (réflexes végétatifs et cérébraux) et hormonal (phérormones, amphétamines, endorphines) (suite…)

Published in: on septembre 19, 2006 at 5:08  Laisser un commentaire  

11 LA BEAUTE

La beauté est souvent citée dans la bible.La définition biblique de la beauté est l’exemption d’anomalies. Et quand elle est citée il s’agit le plus souvent de l’apparence physique d’hommes et de femmes avec un point culminant dans le cantique des cantiques ou chaque partie du corps de la bien aimée (en l’occurance une noire) est décrite et comparée à des fruits, des animaux et des plantes aromatiques.

Sous la dénomination de tiferet la beauté fait partie des dix attributs de l’arbre de vie de la cabale. La beauté se situe entre la connaissance, le discernement, la bonté, la justice et le louange pour arriver à l’aboutissement de la vie

La beauté de l’harmonie géométrique est décrite dans les détails de la construction de l’arche sainte. Même la façon de marcher d’une armée en campagne avec ses drapeaux est décrite comme beauté.

L’importance de la beauté des couleurs des tissus sur les émotions sont aussi décrites comme par exemple la jalousie des frère de Joseph quand celui-ci reçoit un habit de couleurs.

La beauté des habits est nécessaire à l’importance de la fonction du prêtre. Le temple de Jérusalem était décoré avec un luminaire à sept branches remarquablement travaillé, des pétales de fleur, des animaux et deux énormes chérubins en bois recouvert d’or dont les ailes formaient une arche en dessous de laquelle reposait l’  » aron kodech  » litéralement l’armoire ou l’arche sainte en bois recouverte d’or de l’intérieur et de l’extérieur. Les ailes des chérubins pouvaient pivoter vers l’intérieur ou vers l’extérieur. On pourrait se poser la question de savoir si l’arche sainte en bois recouverte d’or ne contenait pas une matière radioactive qui pouvait provoquer une décharge électrique entre les pointes des ailes des chérubins ce qui pourrait expliquer la fumée du jour et la lumière de la nuit qui guidait le peuple d’Israël durant l’exode. La présence de matière radioactive pourrait expliquer le danger de mort pour les prêtres pénétrant dans le saint des saints et la mystérieuse maladie ressemblant fort à une maladie d’irradiation qui frappait les Philistins qui s’étaient emparés de l’arche sainte.

Published in: on septembre 19, 2006 at 5:03  Laisser un commentaire  

12 LES ENFANTS

 

 

Bien que le fruit conçu soit précieux, il ne sera considéré par la bible comme être vivant qu’après la naissance. L’âme n’apparaissant qu’à la naissance. D’après certains rabbins 40 jours après la conception.

Malgré la présence de tous les organes et de toutes les fonctions, le fœtus n’est pas responsable pour sa propre survie. Ce n’est qu’au moment ou le cordon se rompt que l’enfant est responsable pour sa propre survie et qu’apparaît la conscience:  » to be or not to be? « ,  » respirer ou ne pas respirer? « ,  » Je « .

 

 

 

Si le fœtus met la vie de la mère en danger, il est un assassin, et il est donc légitime d’interrompre cette grossesse.

La bible exige le respect de toute vie, et demande une hygiène permettant à la vie de se développer. Aux enfants elle demande de respecter les parents (un des 10 commandements!).

En d’autres termes les enfants devront s’adapter aux conditions des parents, ce qu’on appelle l’éducation.

Mais pour que les enfants puissent respecter leurs parents, il faut que les parents méritent ce respect en aidant les enfants à s’adapter au monde de leurs parents. L’enseignement est un concept primordial dans cette adaptation.

Aider les enfants à acquérir un savoir permettant une adaptation aux conditions de vie est donc la condition sine qua non pour mériter le respect de ses enfants. (suite…)

Published in: on septembre 19, 2006 at 4:59  Laisser un commentaire  

13 LA MORT

 

 

 

De nombreuses traditions Juives correspondent aux préceptes de l’ancienne Egypte.

Un exemple est la défense de mutilation des corps après la mort, qui est basée sur le concept de résurrection. Concept qui a motivé la construction d’énormes pyramides afin de protéger l’intégrité corporelle des défunts importants.

Quoique les Juifs n’allaient pas jusqu’à momifier les morts (le corps devant retourner à la terre), Joseph a été momifié et ramené d’Egypte pour être enterré en terre sainte.

Et quand on y réfléchit, finalement résurrection il y a, grâce à la préservation du corps et grâce à l’écriture. Pas dans le sens simpliste des justes qui revivront, mais dans le sens de la préservation des grands hommes dans la mémoire collective. Mémoire accentuée chez les Egyptiens grâce à la momification et aux écrits. Après des milliers d’années nous sommes encore aujourd’hui capables de connaître la vie et les souffrances des morts de l’ancienne Egypte, rien qu’en étudiant leur dépouilles avec des méthodes de diagnostic modernes, et en lisant les hiéroglyphes. Une des pires injures employée dans la tradition juive est l’effacement de la mémoire (que son nom soit rayé!  » Yemar chemoy « ) (suite…)

Published in: on septembre 19, 2006 at 4:53  Comments (1)  

15 L’ECOLOGIE

L’équilibre entre l’homme, la terre, l’animal et le végétal est remarquable dans la bible. Toute la vie est un équilibre entre les sacrifices et les bénéfices.Pour le bénéfice de la vie il faut sacrifier une autre vie, qu’elle soit animale ou végétale.

  1. l’équilibre entre les hommes
  2. Pour bénéficier d’une journée de repos il faut le sacrifice de six jours de travail.

    Le repos du sabbath introduit l’équilibre entre le travail et la réflexion, mais ne doit pas être suivi de façon stupide, le respect de la vie étant plus important que l’observance du sabbath.

    Les lois sociales interdisant le vol, le meurtre, la convoitise sont universelles aujourd’hui, mais étaient révolutionnaires à l’époque.

    Pour le bénéfice de l’acquittement d’une dette une durée de travail instaurée ne pouvait excéder 7 ans.

  3. l’équilibre entre les animaux

Il est interdit d’atteler deux animaux de race differente pour éviter de les faire souffrir.

L’animal doit être nourri avant de se nourrir soi même.

L’agneau ne peut être bouilli dans le lait de sa mère. Quelle cruauté par rapport à la la mère de l’agneau.

Même le samedi les vaches doivent être traîtes pour ne pas qu’elles souffrent.

Les lois concernant l’abattage rituel des animaux interdisent de faire souffrir l’animal. La lame doit être effilée et sans encoches pour éviter les souffrances inutiles. L’embolie provoquée par l’incision de la carotide garantit une mort immédiate et donc sans souffrances.

Les animaux qui souffrent pour pouvoir être consommés sont impropre à la consommation par exemple les cuisses de grenouille arrachées vivantes, les crustacés bouillis vivants.

3) l’équilibre entre les végétaux

La terre doit se reposer pendant l’année sabatique. La terre a besoin de friche pour pouvoir se régénérer. Ce principe universel est bien connu par les agriculteurs.

  1. l’équilibre des saisons

Le calendrier juif est basé sur les cycles de la lune. Quand on sait que les marées, les accouchements, etc sont rythmés par le cycle lunaire, on comprend aisément que le rythme des saisons se rapproche de ces cycles et que le fêtes suivront de près ce rythme là. Que l’année débute plus ou moins en septembre après les vacances d’été et les vendanges est marqué par les fêtes du nouvel an le 1er jour du mois de Tichri pendant la nouvelle lune suivi 10 jours plus tard par la fête du grand pardon et ensuite par la la fête des cabanes qui débute à la pleine lune du 15ème jour du mois de Tichri ou il est d’usage de dormir à la belle étoile.

Cette fête est encore une belle réussite d’équilibrage social ou le riche et le pauvre se retrouvent réunis dans le même destin. Mais il marque aussi les réjouissances des vendanges ou il est de coutume de dormir dans des cabanes près des champs.

Appelons ça aujourd’hui barbecue, pick-nick, retour à la nature. Je crois que tout le monde y retrouvera vite son compte.

Pendant la fête du grand pardon ( Yom Kipour ou jour du destin) il est impératif de se faire pardonner par ceux à qui on a fait du tort. Car il n’y a pas de pardon du ciel s’il n’y a pas de pardon sur terre.

C’est aussi l’occasion de se souvenir des membres de la famille disparus et de faire un bilan moral de l’année écoulée.

La fête de ‘Hanoukka avec ses 8 bougies allumées en crescendo pendant 8 jours rejoint la plupart des coutumes du solstice d’hiver et ressemble très fort à la fête romaine de Saturne.

Au mois de janvier le nouvel an de la végétation fêté le 15 du mois de chevat,donc pendant la pleine lune correspond à la première apparition de la végétation après le solstice d’hiver.

Au mois de mars, mois difficile au sortir de l’hiver ou les aliments manquent, mois correspondant à la plus grande morbidité et lethalité chez l’homme, une fête reprise aussi d’autres cultures marque l’anniversaire d’un retournement prodigieux du destin en la fête de pourim qui commémore le sauvetage des juifs de Souse en Perse sous Assuérus par la princesse Esther (Ishtar ? déesse Babylonnienne) et qui se fête par des déguisements et des cadeaux alimentaires.

A Pâques (Pessa’h), qui se fête le 15 du mois de Nissan (pendant une pleine lune) la sortie d’Egypte est fêtée en inaugurant la première récolte et en évitant pendant 8 jours de faire lever le pain, d’une part par souci d’égalité entre tous les hommes (ceci est le pain des pauvres), d’autre part pour éviter en nettoyant toutes les maisons de fond en comble de former un substrat qui pourrait attirer les insectes. Nous savons aujourd’hui que les insectes ont besoin de suppléments fongiques pour pouvoir se développer. Les miettes de pain étant de magnifiques substrats pour ces champignons (cfr le fromage de Roquefort dont le champignon particulier se développe grace à la présence de miettes de pain dans le frommage) le grand nettoyage de printemps évite l’envahissement du domicile par des insectes.

La dernière fête de l’année se fête 7 semaines après pâques. Pendant ces 7 semaines un mode de vie humble et réservé est poné en préparation à la révélation de la bible offerte au mont Sinai un jour de pleine lune. Cette fête est appelée la fête des semaines (chavouoth) et est la dernière des 3 grandes fêtes qui demandent à être fêtées à Jérusalem (Yom Kipour, Pessah et Chavouoth)

Published in: on septembre 19, 2006 at 4:27  Laisser un commentaire